Mes randonnées automnales au Québec

par | Sep 28, 2019 | Amérique du Nord, Voyages | 0 commentaires

Après un été à découvrir la région québécoise en visitant ses villes phares : Québec, Ottawa, la région de Saguenay et Toronto (qui se situe en Ontario) sous un magnifique soleil et un paysage vert fluo, l’automne était le chapitre suivant. Au programme, des randonnées 100% québécoises pour voir les fameuses forêts saturées de couleurs automnales. On me disait souvent que l’automne était la plus belle saison au Québec. C’était donc une période à ne pas louper et encore moins à rester chez soi.

Puisque chaque forêt a son propre rythme pour passer aux couleurs automnales, ce site permet de connaître les étapes de chaque parc. En plus il est mise à jour tous les jeudis ! C’est l’indispensable à cette période !

Voici mon parcours effectué de Septembre à Octobre :

Mont Saint-Hilaire Parc du Mont Orford Parc du Mont-Mégantic Parc du Mont-Tremblant

Le Mont Saint-Hilaire (1h30 de Montréal)

Le Centre de la Nature du Mont-Saint-Hilaire est une idée de sortie très sympa que ce soit entre amis ou en famille. Nous y sommes allées mi-septembre avec Anaïs, la période où les feuilles commencent à changer de couleurs. Il comprend 8 sentiers pédestres tous aussi accessibles les uns que les autres. D’ailleurs vous pouvez faire la boucle si vous êtes bien motivés. La particularité de ce mont est qu’il est géré par l’Université McGill et non la SEPAQ comme je l’aurai pensé. Avant de commencer n’importe quel sentier pédestre, nous sommes passés par le lac où un charmant panorama automnale se profilait devant nous. Ensuite nous démarrés le sentier pour atteindre le sommet Dieppe. Total 5km en 2h20 de marche en incluant le déjeuner. Randonnée très accessible. Attention toutefois aux montées où il fallait se hisser dans la peau d’un bouquetin.

Après l’ascension de ce sommet, nous avons profités de la saison des pommes pour aller au Verger Père & Fils afin de récolter nous-même des pommes. Au total 79 pommes (+ 2-3 pommes mangées durant la récolte oups!) pour 19$. Nous avons dégustés dans leur boutique tous leurs cidres avant de jeter notre dévolu sur un que nous avons emportés. Leurs chaussons aux pommes sont délicieux (même la pâte !). L’auto-cueillette se fait aussi pour les citrouilles. Le Canada est un pays communautaire et ces auto-récoltes sont une des caractéristiques que j’apprécie fortement ! C’est vraiment top de pouvoir cueillir soi-même ces produits. 

Parc du Mont-Orford (1h40 de Montréal)

Fin septembre, j’ai retrouvé ma gang avec laquelle j’étais partie à Saguenay pour découvrir les couleurs automnale du Parc national du Mont-Orford. Parc national dirigé par la SEPAQ, l’entrée était au tarif habituel 8$ et quelques. Certains ont pris le pass annuel à 79$ qui s’avère être vite rentable passé les 8 entrées. (En plus d’une nuit offerte en camping.)

Nous nous étions mis d’accord pour prendre le sentier qui nous menait sur le sommet du Mont-Chauve en empruntant la boucle. Au total, 10,6km de marche d’un niveau intermédiaire. En comptant le déjeuner au sommet, nous avons mis 5h. La vue est magnifique et les couleurs automnales rendent le panorama encore plus vivants. L’automne est considéré comme la plus belle saison au Québec mais entre les festivals d’été et les activités hivernales de l’hiver, il est très dur de trancher ! (Finalement il n’y a qu’au Printemps que je n’ai pas encore trouvé d’avantage !)

Le sentier est sous forme d’une boucle après avoir marché quelques kilomètres. À un point donné, il est possible de passer par le flanc ouest ou est pour démarrer la boucle. Je vous conseille de passer par l’ouest car les derniers mètres sollicitent beaucoup les cuisses tellement que cela grimpe. Avec la boue, il est mieux de monter ce genre de pente plutôt que de la descendre. Le flanc Est est beaucoup plus tranquille pour descendre et vous pourrez récupérer sur la descente.

Parc du Mont-Mégantic (2h30 de Montréal)

Début octobre, la région des Cantons-de-l’Est était beaucoup plus orangée qu’au nord de Montréal. Avec une partie de la Team Saguenay, nous avons réservés un chalet le temps d’un weekend afin de profiter du Parc National du Mont-Mégantic situé à 2h30 de route de Montréal. La route pour aller jusque-là nous fait emprunter la route des Sommets qui nous fait voir de super panoramas. La route des Sommets s’étend sur 193 km et c’est le 1er espace mondiale protégé par la pollution lumineuse. C’est vraiment top de l’emprunter sur le coucher du soleil jusqu’à voir apparaître les étoiles !

Le chalet était dans la village Notre-Dame-des-Bois qui est le village le plus haut en altitude du Québec. Nous étions dans un domaine où il n’y avait aucun voisin à moins de 100m. Le noir de la nuit rendait l’extérieur creepy notamment lorsque la nuit éclairait les chemins. On n’est pas à l’abri de croiser un ours ou un orignal. En Amérique du Nord, nous parlons d’un élan en le nommant orignal alors qu’en Europe, nous parlons d’un orignal en le nommant élan. Quand je vous dit qu’il faut parfois un traducteur tellement les expressions et les mots sont différents du français québécois au français métropolitain.

Sentier St-Joseph

Il y a deux points d’entrée au Parc du Mont-Mégantic. Secteur Franceville et Secteur de l’Astrolab. Le sommet du Mont St-Joseph et du Mont-Mégantic sont accessibles en voitures. Cependant les points de vues qu’offrent les sentiers restent authentiques. Samedi en fin de matinée, nous avons entrepris l’ascension du Mont St-Joseph qui se situe du côté de l’Astrolab. Une randonnée assez coriace de 9,5km quand on a une foulure au cou avec un niveau Difficile référencé par la SEPAQ. Il faudra faire preuve d’endurance et de mental notamment pour arriver au 1er point de vue « L’ Ascension » qui grimpe pas mal ! Au point de vue sur le Mont St-Joseph, il y avait des Inukshuks. Ce symbôle inuit servait en tant que repère de formes de signes de présence. Ces empilements de pierre sont, écologiquement, un désastre dans notre ère moderne car beaucoup de touristes prennent n’importe quelle pierre et déforment l’environnement. Les inukshuks sont les plus anciennes traces d’occupation du territoire québécois, datant d’environ 12 000 ans ! C’est à cette époque que l’immense calotte glacière commençait à libérer le Québec et que les populations amérindiennes des États-Uns montaient progressivement au Canada.

Lorsque nous approchons du sommet, il y avait déjà de la neige. 5 octobre. Je n’en ai jamais vu aussi tôt. Sur le sommet, heureusement que le soleil pouvait nous réchauffer lorsque nous étions coincés à l’abri du vent glacial ! Au sommet, un panorama avec d’autres monts s’offraient à nous. Des monts canadiens et des monts américains car nous étions pas si loin de la frontière ! Depuis le sommet, il était possible de continuer la randonnée en empruntant la boucle des Sommets. Nous nous sommes arrêtés jusqu’au Pic des Crepuscules avant de terminer la boucle au lieu de la continuer par le Mont Victoria et le Mont Mégantic. Total : 9,5km en 5h40 (pause déj incluse).

Ville du Lac Mégantic

Après cette randonnée, nous sommes allés à la ville du Lac Mégantic pour voir le coucher de soleil face aux monts. Le passé de cette ville n’est pas rose puisqu’en 2013, a eu le plus gros accident de train de la région, le 4ème plus gros du pays. Un catastrophe tragique qui a laissé une véritable empreinte sur la ville. Vous retrouverez l’intégralité de l’histoire ici. Les photos sont impressionnantes. Après ça, nous avons rejoint notre chalet où le feu de la cheminée était très apprécié.

Le lac Mégantic se classe parmi les plus grands lacs du Québec avec une superficie de 27,2 km2 ! 

Sentier des Cîmes

Le lendemain, nous sommes retournés au Parc du Mont-Mégantic. Cette fois-ci, au secteur de Franceville. Nous avons empruntés le Sentier des Cîmes d’un niveau intermédiaire puis Les Érabliers pour le chemin retour. Le chemin retour était un chemin pour les vélos. Moins aventurier que sur un sentier de randonnée, les couleurs des arbres étaient cependant notre récompense. Un total de 12km en 5H30. La variation de la durée entre cette randonnée et celle du Mont-St-Joseph est dû notamment au dénivelé qui n’était pas le même sur l’ascension, la descente moins boueuse du Sentier des Cîmes et un cou / dos un peu plus mobile !

Mont-Tremblant (1h30)

Pour clôturer la saison automnale, je suis partie à Mont-Tremblant avec deux amis. Nous avons pris l’entrée du Secteur du Diable où se situe la Boucle de la randonnée La Roche, La Coulée et la Corniche. 

Une randonnée de 4h avec des paysages fabuleux, colorées, vertigineux et des environnements différents d’une randonnée à une autre. La boue, les pentes, les plats, le gravier, tout ceci a animé notre randonnée mais le plus impressionant fut la point de vue à la Roche. Le soleil et les nuages dessinaient des ombres sur le paysage. Le rendant encore plus authentique en plus des couleurs vives.

Cette boucle est d’un niveau intermédiaire. Si vous commencez par La Roche, soyez prêt à en découvrir avec le cardio car il en faudra pour monter les premiers mètres. Mais la récompense vaut le coup ! 

La plus belle saison du Québec !

Pendant 2 mois, j’ai profité au maximum de la saison automnale pour poursuivre ma découverte du Québec. Après les paysages bien verts de Québec (Parc de la Mauricie et Jacques Cartier) et du Fjord-de-Saguenay, je découvrais les paysages orangées. ET C’ÉTAIT VRAIMENT MAGNIFIQUE ! 

Je ne suis pas une spécialiste des randonnées mais vu mon compteur cette année, on pourrait croire que c’est une nouvelle vocation. Je redoutais souvent de ne pas être assez en forme. Mes sneakers et mes séances de musculation m’ont permis de gravir de très beaux sommets qui m’ont coupés le souffle à l’arrivée. On ne peut qu’être fier de tout cet effort en voyant les paysages par nos propres yeux et de ce qu’on a su accomplir. La récompense, à la fois visuelle et émotionnelle est indescriptible.

L’automne est une très belle période pour visiter le Québec. En plus des touristes quasiment repartis, vous avez pour vous les plus belles couleurs du pays ! 

Pin It on Pinterest

Share This